Le nouveau QG de Repentigny compte vous rendre la vie plus facile

Publié par Valérie Houle le 28 novembre sur l’Hebdo Rive Nord.com.

le-district-gourmet

ACHAT LOCAL. Un centre commercial qui deviendra un centre communautaire. Qui mettra l’accent sur l’achat local et les produits de chez nous. Et où les clients pressés ne s’éterniseront pas. Voilà un tout petit résumé de ce que deviendra le nouveau QG de Repentigny, autrefois la place Bel-Rive, dont la première phase débutera ses activités dès le 10 décembre.

Celui qui est derrière l’idée du QG, c’est Denis Epoh, directeur général chez Capwood. Oui, M. Epoh est un promoteur immobilier, mais pas tout à fait comme les autres. «Ce que les promoteurs immobiliers font habituellement, c’est d’acheter un terrain vague et de construire dessus, ce qui provoque de l’étalement urbain», explique celui qui a acquis son expérience de l’immobilier un peu partout dans le monde.

Publicité

Lanaudière est une région très très riche en agriculteurs de tous les domaines.Denis Epoh, directeur général, Capwood

«En me promenant dans différents pays, j’ai vu comment les villes se métamorphosaient. Je me suis dit: pourquoi pas au Québec?»

Site stratégique

En partant de cette idée de densification et d’amélioration de ce qui existe déjà, Denis Epoh s’est promené à travers 250 sites québécois. Les études ont démontré qu’un site se démarquait particulièrement des autres: le boulevard Industriel à Repentigny, plus encore que le boulevard Brien, déjà saturé.

«Ce n’est pas loin de l’autoroute 40, où il passe 80 000 voitures par jour, et c’est au centre de Repentigny, ce qui rejoint une communauté de 60 000 personnes.»

D’autant plus que les commerçants établis à cet endroit ont su fidéliser leur clientèle depuis des années. «Le centre d’achat était dépassé, mais la moitié des marchands sont là depuis 20 ans et ont développé une clientèle stable et fidèle», croit Denis Epoh.

Un concept novateur

Une fois le site choisi, reste maintenant à développer le concept. C’est là que les richesses de Lanaudière et les commerces déjà en place entrent en jeu.

«Lanaudière est une région très très riche en agriculteurs de tous les domaines», affirme Denis Epoh. Toutefois, des études démontrent que très peu de produits de Lanaudière sont consommés dans la région même.

Le promoteur immobilier veut renverser cette tendance, et faire consommer les gens des produits maison, à la maison. «Les artisans qui sont sur place sont capables de faire vivre la communauté autour, et nous allons bâtir là-dessus, c’est économiquement gagnant pour Repentigny.»

En plus de consolider l’offre de services des détaillants déjà existants, d’autres artisans se joindront au QG pour créer le District Gourmet. Un comptoir prêt-à-manger lanaudois, qui sera piloté par le chef Nicolas Moreau, une poissonnerie, un espace découvertes, un café et plus encore s’ajouteront à l’offre déjà existante. Une offre qui sera à la fois libanaise, grecque, italienne, espagnole… et québécoise bien sûr.

Plus qu’un centre commercial, Denis Epoh a l’ambition de transformer le QG en centre communautaire, où une trentaine de thèmes par année dynamiseront l’endroit. L’été, encore plus d’artisans se joindront à ceux déjà établis, s’installeront à l’extérieur, où une ambiance festive régnera.

«Oui, c’est un genre de marché public, mais qui s’intègre à l’ensemble des services communautaires existants. Ça n’existe pas ici», détaille le directeur général de Capwood.

Faciliter la vie des gens

C’est bien beau tout ça, mais à quel prix? Denis Epoh y a pensé, et assure que tous les services seront offerts à un prix abordable, accessibles à la famille moyenne. Il mise sur le grand volume de production pour pouvoir diminuer les prix et ainsi entrer en compétition avec les épiceries.

Et qui dit famille dit manque de temps. «Avec le retour du travail, les enfants, la garderie, les gens n’ont plus le temps pour du magasinage. Le but, c’est de réduire ce temps pour les familles», expose le promoteur immobilier.

C’est pourquoi une application pour téléphone intelligent est en plein développement. Cette application permettra de faire ses choix de plats et de produits le matin, d’interagir avec les chefs de la place si besoin est, de commander, et d’aller les récupérer en revenant de travailler, et ce, sans même sortir de sa voiture.

«Ça sera un service au volant aussi performant que le Tim Hortons», assure Denis Epoh. Conscient que le stationnement est la principale lacune du centre commercial, le service au volant est la solution la plus sensée pour éviter le trafic. Pour ceux qui aimeraient magasiner, un service de valet sera disponible.

Capwood ne compte pas s’arrêter là. Après la mise en marché de la première phase le 10 décembre, une deuxième phase entrera en activité au printemps 2017, où une offre de restaurants, qui seront situés dans une nouvelle portion qui sera construite sur le terrain vacant juste à côté, complétera le tout.